Feather Feather - S'Attacher

Un mois d’avril, une brise tranquille
dans un pays étranger - la légèreté.
Tes yeux me percent, tes rires me bercent
- ton insouciance, ton ignorance, cette arme.

Il ne faut pas s’attacher
pour ne pas chavirer.
Tel du bois sur les flots,
se laisser emporter.
Si on finit par s'en aller,
à quoi bon s'amarrer ?
Mais tu sais, un bâteau,
parfois reste ancré.

Ne serait-ce que pour une nuit,
appelons-le par son nom, appelons-le comme tu le sens.
Ne serait-ce que pour une nuit,
je veux un peu de calme à bord.

Un mois d’avril. Le soleil filtre.
Dans un pays étranger, cette légèreté.
Indifférente, tes mots me blessent:
ton insouciance, ton ignorance, cette liberté.

Il ne faut pas s’attacher
pour ne pas chavirer.
Tel du bois sur les flots,
se laisser emporter.
Si on finit par s'en aller,
à quoi bon s'amarrer ?
Mais tu sais, un bâteau,
parfois reste ancré.

Ne serait-ce que pour une nuit,
appelons-le par son nom, appelons-le comme tu le sens.
Ne serait-ce que pour une nuit,
je veux un peu de calme à bord.

Lyrics co-written with Philippe Beer-Gabel

Appears on the album Ten Songs